Pourquoi vous devriez partir SANS votre téléphone

Pourquoi vous devriez partir SANS votre téléphone

Quels sont les réels bienfaits d’une cure de détox digitale ?

Quand on prépare sa valise, on n’a qu’une peur : oublier un truc. Mais si le plus important, c’était justement d’oublier quelque chose ? Et plus précisément, votre téléphone?  

Vous aussi vous vous sentez trop connectés ? Et vous sentez que ça ne vous fait pas vraiment du bien ?

Vous avez raison. Quand on regarde les études, il y a de quoi flipper : les réseaux sociaux rendraient narcissique, les smartphones insomniaques, et les écrans apathiques. Après un tel constat on a qu’une envie : jeter notre téléphone en mode “Your phone is lava !

Jeter son téléphone, ça fait du bien ? Des scientifiques ont voulu faire l’expérience en invitant 35 CEOs hyper connectés à partir en vacances sans téléphone. Ils ont embarqué tout le monde pour un trip spirituel 2.0 en plein désert marocain... et ils ont pu observer des changements de comportements plutôt flippants...

Changement de posture

Truc incroyable: les téléphones changent la manière dont on se tient.

En seulement trois jours sans téléphone, les participants ont commencé à ouvrir leurs épaules, à se redresser… Tout simplement parce sans écran, ils étaient obligés de se regarder  dans les yeux. Sans téléphone, on ouvre ses chakras, on se sent plus empathique, plus abordable et plus enclin à faire des rencontres

Moins de certitudes, plus de discussion

On l’a tous déjà fait : on discute avec des potes, on n’est pas d’accord, et on fonce sur Google pour trancher en mode “Ok Google, explique bien au reste du monde pourquoi j’ai raison et lui a tort.” Le résultat ? Vous avez peut-être eu raison (ou pas), mais vous avez perdu une belle occasion d’échanger...

C’est ce qu’a montré l’expérience : dans le désert, les CEOs étaient privés de Google devaient davantage débattre, mais aussi davantage imaginer. Résultat ? Des liens forts s’établissent, les private jokes fusent et les conversations deviennent plus profondes et réfléchies. Donc sans Google, on devient créatif, drôle et patient. Plutôt cool non?

Fini les trous de mémoire

Vous avez beau dire que vous écoutez : quand vous parlez à quelqu’un tout en regardant votre téléphone, il y a très peu de chance que vous fassiez vraiment attention à ce que la personne en face vous raconte...

Ça s’explique assez simplement: quand vous êtes sur votre tel, votre attention est captée par le fil d’actualité et comme la mémoire et l’attention sont liées, votre mémoire directe est trop occupée pour retenir les informations qui enrichissent nos conversations.

Dormir moins mais mieux

A ce stade, vous avez déjà compris que la technologie, c’est pas hyper bénéfique pour vos relations avec les autres. Mais il y a pire : c’est aussi néfaste pour votre santé mentale, notamment parce qu’elle vous prive de sommeil.

Pendant ce voyage, les 35 participants n’ont pas vachement dormi. Normal, ils profitaient de leurs vacances. ET POURTANT : même s’ils dormaient moins, ils étaient plus reposés.

Pourquoi ? Parce qu’ils avaient arrêté de consulter leur téléphone avant de s’endormir : un réflexe très mauvais car la lumière bleue des écrans retarde la sécrétion de la mélatonine - l’hormone responsable de l’endormissement.

Même pas peur du retour au travail

Le but des vacances ? Faire le point. Prendre le temps. Se poser des questions. Et tout ça, c’est beaucoup plus simple quand on déconnecte.  C’est ce que nos 35 CEOs ont pu constater : la meilleure conséquence de leur expérience, c’est d’avoir pu s’interroger sur leurs vies, leurs choix et sur ce qu’ils voulaient accomplir. Plusieurs ont profité de cette période pour prendre des décisions radicales qu’ils ont même appliqué à leur retour.


Alors ? Allez hop, on arrête de scroller et on prend le temps de penser à notre journée, à notre vie, on fait l’effort de rencontrer des gens et de les regarder dans les yeux - cette étude l’a prouvé, ça fait du bien!

Lire l'article original sur Fast Company
 

La curiosité est votre meilleur défaut

Inscrivez-vous à Merci Alfred pour recevoir deux fois par semaine des idées qui changent