L'effet accordéon

L'effet accordéon

Comment faire sauter les bouchons

Lorsqu’on prend la route le 15 août, il y a deux types d’apparitions :
A - la vierge
B - les bouchons


Et pas de bol, on tombe plus souvent sur des files de bagnoles que sur la maman de Jésus. Le pire ? C’est qu’en sortant des bouchons, la plupart du temps, on se rend compte qu’il n’y a rien : pas de péage, pas d’accident... même pas de travaux.

Et cette question, on se la pose depuis qu’on est môme : comment les embouteillages se forment, s’il n’y a pas d’obstacles ?

En fait c’est tout simple. C’est à cause de l’effet accordéon : dès qu’une voiture ralentit brusquement, les suivantes ralentissent aussi…  jusqu’à s’arrêter totalement. D’ailleurs, si un jour vous racontez ça à quelqu’un, on vous file un tips pour paraître encore plus pro : dans le jargon, on appelle ça des “embouteillages fantômes”.
 

Accrochez votre ceinture il y a (encore) pire.

Dans les bouchons, il y a ceux qu’on appelle les “petits malins” : des mecs qui se ruent sur la file d’à côté pour aller plus vite.  Parce qu’on va pas se mentir, ça avance toujours plus vite à côté.

Sauf qu’en fait, changer de file, ça ne sert pas à grand chose. Pourquoi ? Parce que les gens ont tendance à faire la même chose. Du coup ? La file dans laquelle vous venez de vous insérer est engorgée alors que l’autre se libère… Ce qui vous donne envie… de changer de file…

Bref, en changeant de voie, non seulement vous n’allez pas plus vite mais en plus, ça ralentit tout le monde.
 

Aux États-Unis, les bouchons, ils connaissent. Et pour y remédier le maire de Houston a fait un truc tout simple : il a créé de nouvelles voies. Pas mal, non ? Sauf qu’en fait, au lieu de réduire les embouteillages, ça les a augmenté. On est passé de 45 minutes de trajet en moyenne à plus d’une heure… Aux States, on appelle ça un epic fail.

Plus il y a de voies et plus elles sont empruntées, ce qui augmente le risque de bouchons fantômes mais ne réduit pas forcément le trafic. L'une des solutions les plus efficaces ? Réduire la vitesse comme à Paris où on est passé de 80 à 70 km/h sur le périph' en 2014. A l'époque ça avait fait grincer des machoires mais le résultat est là : 36 % de bouchons en moins.

Morale de l’histoire ? Plus on va lentement, plus on va vite…
 

La curiosité est votre meilleur défaut

Inscrivez-vous à Merci Alfred pour recevoir deux fois par semaine des idées qui changent